Accueil > Essaimer > Quelques éléments concrets d’organisation

Un extrait du cahier des charges

Quelques éléments concrets d’organisation

De la réflexion à la pratique

mercredi 7 février 2018

Ce qui suit n’est pas figé dans le temps ou dans l’espace. C’est la base à partir de laquelle nous menons nos discussions dans l’établissement et avec les acteurs et partenaires.

Donner corps à cette nouvelle dynamique de Lab School publique suppose de réfléchir et de concevoir ses modalités d’inscription dans le sein même de l’établissement scolaire existant. Avec le chef d’établissement, nous avons opéré des repérages et envisagé d’aménager une partie du premier étage du lycée pour accueillir la structure de la future Lab School. Cela implique de reconfigurer trois salles déjà existantes : les deux salles dédiées au projet classes numériques et une salle dite « Immersive ».
Une salle immersive est une salle qui doit permettre au sujet apprenant (élève ou enseignant) d’être en immersion dans un environnement qui lui permet de se décentrer et qui favoriserait la pratique réflexive. Nous souhaitons donc élaborer une salle dédiée à une pédagogie qui permette aux apprenants de s’immerger dans des processus d’apprentissages différents de ceux qu’ils rencontrent habituellement à l’école.

• Des espaces de travail distincts :

Comme dans de nombreuses salles immersives, nous imaginons des espaces de travail distincts au sein d’un même espace classe.
Ainsi, nous envisageons de créer :
- Des espaces « Lecture » avec des banquettes et des étagères pour mettre à disposition des élèves des ouvrages ou qu’eux-mêmes viennent déposer des documents ;
- Un espace « Débat » avec des poufs en arc de cercle et des prises de courant afin de pouvoir utiliser du matériel numérique mobile ;
- Un espace « Musée » avec des dalles tactiles 19’ (déjà présentes dans l’établissement) permettant de travailler sur des œuvres picturales, de les projeter, les commenter, …, cet espace pourrait également être adapté à d’autres usages comme des travaux en petits groupes autour des dalles pour la conception de productions collectives ;
- Un espace « Collectif et collaboratif » avec une table de réunion centrale et une dalle de projection tactile 86’’, ce qui permettrait à un groupe plus important de travailler ensemble ou de recevoir des consignes communes ; Cet espace pourrait s’accompagner d’espaces de travail en plus petit groupes
- Un espace « Autonomie » avec des petites tables et des prises de courant pour que les élèves puissent s’isoler et travailler en autonomie.

• Des murs multifonctions :

Si l’espace est conçu comme pouvant s’adapter à des activités différenciées, les murs de la salle peuvent également devenir des lieux d’expression. En effet, avec de la peinture spécialisée, nous envisageons de créer des espaces d’écriture ou d’expression murale ainsi que des espaces d’affichage.
Ces salles seraient un lieu d’accueil pour différents publics internes ou externes au lycée. Afin que la salle puisse être utilisée au meilleur de ses potentialités, il faut évidemment envisager un planning de réservations qui pourraient être rendu accessible aux acteurs extérieurs à l’établissement.

• Pour les classes « tablettes » du lycée :

Le principe d’apprendre partout et tout le temps s’applique d’abord à nous-mêmes. Les élèves de ces classes pourraient alors « naviguer » entre leur salle de classe respective et cette salle « immersive » pour mener des activités spécifiques et nous permettre d’expérimenter des modalités pédagogiques nouvelles.

• Pour les autres classes du lycée :

Les collègues de l’établissement qui souhaitent expérimenter, découvrir et être accompagnés pourront accéder à la salle immersive dans le cadre d’un projet expérimental (changer de posture, utiliser le numérique collaboratif...) ou pour des séances/ séquences de cours spécifiques (ex : monter ou assister à une exposition virtuelle, construire un escape-game pédagogique).

• Pour accueillir des stagiaires en formation initiale ou en formation continue :

Nous pourrons accueillir des enseignants stagiaires ou confirmés selon les modalités vues dans les parties sur l’expérimentation et l’essaimage.

• Pour accueillir des classes en résidence venant de toute l’académie :

De la même manière, cette salle immersive pourrait être le lieu prioritaire pour accueillir les classes extérieures avec leur équipe enseignante. La salle serait alors utilisée pour mener des échanges entre les équipes enseignantes (internes et externes au lycée), pour co-animer certaines séances, … et beaucoup d’autres modalités sont encore possibles.

• Pour accueillir les parents :

La Lab School est ouverte et le principe est celui du tiers-lieu où les parents pourraient venir participer à des temps particuliers pour échanger avec les enseignants et les élèves autour d’un cours, ou d’un thème, pour poser des questions, pour construire le sens de l’école avec la communauté éducative, …

• Pour accueillir des élèves sur des temps de disponibilité de la salle :

Les élèves pourraient venir, en autonomie, pour créer, travailler, utiliser le matériel numérique à disposition pour leurs projets (à l’image des Espaces CréationS que propose l’association Décliccs).

En complément de cette réflexion nous menons des discussions autour de la définition de nos missions dans la future Lab School. Là encore tout est à inventer.

• Le déploiement de la Lab School :

- Au sein du lycée : utiliser, gérer, mettre à disposition les salles et notamment la salle immersive pour les autres collègues de l’établissement.
- Aider et entourer les collègues de l’établissement qui souhaitent mettre en place une expérimentation, un projet d’enseignement adossé à la recherche, être support de constitution de dossiers.
- Accueillir les chercheurs extérieurs, les jeunes stagiaires de l’ESPE : recevoir, présenter, faire visiter et surtout favoriser les rencontres entre les chercheurs et les enseignants du lycée qu’il s’agisse des enseignants des deux classes tablettes ou des enseignants du lycée participant à d’autres projets pédagogiques innovants.
- Accueillir et prendre en charge les classes en résidence dans le lycée, venues, avec leurs enseignants, expérimenter.
- Mettre en place des outils de communication internes pour échanger, partager et mutualiser avec les autres enseignants du lycée.

• Le déploiement du réseau de l’établissement apprenant :

- Contacts avec les autres établissements du bassin afin d’élaborer des partenariats et de construire des échanges
- Contacts avec les collectivités territoriales afin de construire des projets communs cohérents
- Contacts avec les partenaires culturels de proximité pour ouvrir l’école au territoire.

• La communication écrite interne/externe :

- Mettre à disposition des autres enseignants des outils de veille technologique (ex la Newsletter de Canopé)
- Mettre à disposition des autres enseignants des comptes-rendus de pratiques pédagogiques innovantes observées dans d’autres établissements
- Mettre à disposition des autres enseignants des comptes-rendus de conférences sur la pédagogie ou sur les nouvelles technologies au service de la pédagogie.
- Réaliser un suivi des projets, en vue d’une évaluation

© Fanny Egger et Yves Leblanc 2017 - Autour des Tablettes