Accueil > Se questionner > "Quelle est la chose que vous avez apprise cette année ?"

Pour une nouvelle maïeutique

"Quelle est la chose que vous avez apprise cette année ?"

Un premier pas vers l’échange et le partage des "savoirs"

vendredi 1er décembre 2017

A l’occasion de l’ouverture de la journée académique de l’Innovation, le 22 novembre dernier à Dijon, François Taddéi a été invité à dialoguer avec le public pour introduire une réflexion commune : comment opérer, tous ensemble, une transition vers une société apprenante.

"Quelle est la chose que vous avez apprise cette année ?", voilà en substance comment s’est ouverte la conférence - dialogue de François Taddéi [1] en ouverture de la journée académique de l’innovation à Dijon. Cette journée a été l’occasion pour Mme Frédérique Alexandre Bailly rectrice de l’académie de Dijon et M. Jean-François Chanet recteur de l’académie de Besançon également recteur de la grande région académique de présenter le projet académique de transition vers une académie apprenante.
C’est à mesure des échanges et des retours sur cette question que la conférence, le dialogue se sont construits entre François Taddéi et le public, mais aussi entre la plupart des personnes présentes, quelles que soient leurs statuts ou leurs fonctions. Au-delà des réponses apportées à la question initiale, le moment de partage a, de manière simple, effacé certaines frontières. Nous avons même été invités à les dépasser, les franchir, les transgresser dans nos apprentissages quotidiens puisque tout enseignant pour "transmettre" doit, à un moment, se mettre dans une position "d’apprenant". Et apprendre ne relève pas que de la forme scolaire.

A notre tour, dans nos équipes numériques nous avons voulu poser cette question, que nous avons étendue, tout en continuant à dialoguer avec François Taddéi, à nos élèves, et que nous allons enfin proposer à l’ensemble des personnes qui sont présentes dans notre établissement.
Aujourd’hui-même une première demi-journée consacrée aux échanges sur les projets et pratiques innovantes dans nos classes a ouvert un dialogue que nous n’avions plus vu depuis longtemps.

Aujourd’hui nous avons appris, redécouvert, que des gens pouvaient être heureux de présenter aux autres ce qu’ils faisaient.

Fanny Egger, Yves Leblanc

Ce qui suit est le recueil des premières réponses à la question de François Taddéi, nous allons complémenter l’article à mesure qu’elles nous reviendront. Comme si, en écho, on recevait non pas la question à l’infini, mais des réponses à l’infini, toutes différentes, dont chacun deviendrait dépositaire. Avec ces élèves nous avons n’avons commencé que depuis un trimestre...
"Il faut laisser venir ou "advenir" quiconque". [2]
Echo encore à Jacques Derrida, la Démocratie "à venir" tient peut-être à "l’à venir" de l’Ecole dans les mots qui suivent.


" Les élèves savent travailler en autonomie et en groupe quand on les y incite, ce que les conditions classiques de classe ne permettent que rarement. La crainte d’un chaos permanent est à modérer. Peut-être est-ce parce que nos élèves habituels ne sont pas assez mis en situation d’autonomie en groupe que cela est difficile à gérer dans une classe normale ?"
V. P.

"Avec cette manière de travailler on est plus libre." A. T.

"J’ai appris que être en classe tablette c’est mieux c’est moins scolaire" B. L.

"Pour moi la plus grande découverte c’est le travail en équipe pluridisciplinaire qui m’apporte un regard nouveau sur l’enseignement. Je dirais que le projet m’a permis et me permet d’avoir une vision différente de celle qui consiste à faire du « frontal » J’apprends beaucoup d’Yves et de Fanny pour ce qui est de l’attitude à avoir avec les élèves qui ont des difficultés. Et cela me fait me poser beaucoup de questions." E. C.

"Pouvoir partager nos avis et réfléchir sur les avis des autres et mieux échanger" B. C.

"J’ai appris à travailler en groupe et en ilot, à progresser dans certaines matières" C. L.

"J’ai appris qu’avoir des bonnes notes en français ça fait plaisir." B. B.

"J’ai appris à mieux gérer mon temps en dehors de mon temps scolaire" D. Y.

"Pour ma part, j’ai appris que le travail en groupe pouvait aussi être efficace dans d’autres classes que celles avec les tablettes (expérience en TES et même en TSTMG)." P. W.

"Dans la vie on finit tous avec les mêmes connaissances, mais nous ne les apprenons pas en même temps." D. S.

"J’ai appris à travailler collectivement." E. S.

"Les expérimentations peuvent être frustrantes, il est parfois difficile d’en percevoir les effets." C. B.

"Le travail en ilot peut être utile dans certaines matières pour la réflexion de groupe car nous sommes plus intelligent à plusieurs par exemple pour l’analyse d’une image, document etc…" E. M. 

"Apprendre a monter (un film), apprendre l’histoire du cinéma" E. S.

"Les ilots nous permettent d’échanger plus facilement nos propres idées, pensées, choix …" F. T.

"Le travail en îlots a des avantages mais aussi des inconvénients" V. C.

"Je travaille auprès d’U. atteint de troubles autistiques, j’ai appris à gérer ces troubles au quotidien et à faire le pont entre son monde et le nôtre. J’ai également appris à questionner, interviewer cet élève, récupérer des informations importantes et nécessaires à un bon accompagnement." N. R.

"Travail en îlots avec réflexion de groupe. On est plus intelligent en groupe car l’on a tous un point de vue différents, des manières différentes de travailler/réfléchir." J. P. S.

"J’ai appris à m’approprier des outils numériques, des questionnaires, très utiles pédagogiquement." J. D.

"Avec cette manière de travailler nous sommes plus libres" S. B.

"Je me sens plus à l’aise dans les groupes, et le fait que ce soit sur des tablettes - je ne suis pas sûre - je pense que je m’investis plus !! J’ai de meilleurs relation prof-élève, ce qui m’aide énormément ! J’ai même découvert que les dessins sur une tablette rendaient vraiment bien ! Et que avoir les cours sur le téléphone est bien plus pratique. Je pense aussi avoir appris a gérer un peu ma fainéantise." L. D.

"Cette année, plus que toutes les autres, j’ai appris que j’avais plusieurs cerveaux... Nous avons développé avec Fanny une telle façon de travailler que cela devient aussi une « manière de penser » que nous mettons au service de nos équipes qui nous enrichissent à leur tour. Intelligence multiple. J’ai ainsi appris à me réinventer…" Y. L.

J’ai appris à m’adapter à une situation que je n’ai pas souhaitée et qu’on m’a imposée. Que parfois les personnes ne sont pas toujours ce qu’on croit, donc qu’on peut devenir amie avec alors qu’on ne s’y attendait pas. Aussi, une autre partie de moi ( c’est assez niais :-) ) qui est différente. Mais aussi beaucoup de désillusions" L. M. 

"J’ai appris à moins détester le travail en groupe et à ne pas détester les outils numériques." N. S. - D.

"Ces deux derniers mois j’ai « appris » la différence qu’il y avait entre dénonciation et délation. J’ai aidé des élèves à dénoncer collectivement une situation de souffrance en classe et éviter de passer par la délation. C’est quelque chose que j’ai appris en écoutant Éric Debarbieux et que j’ai pu transmettre." D. V.

" J’ai appris à apprendre plus mes cours car c’est plus difficile de mémoriser quand on écrit pas." T. A.

"L’élève en difficulté ne ressort pas de la salle de cours avec un sentiment d’échec mais en ayant progressé et l’élève plus fort ne ressort pas avec l’impression de s’être ennuyé mais justement en ayant répondu à ses questionnements. (…) Ils apprennent une autre façon de travailler, réfléchir et se construisent un parcours personnalisé dans le cadre des attentes de nos programmes mais bien plus encore." M. R.

"Etre plus autonome et plus responsable." T. Z.

"La classe tablette nous fait moins nous sentir dans une classe normale et j’ai moins l’impression d’aller dans une salle de classe bêtement malgré que l’on soit toujours dans la même salle de classe .
On est de plus en plus proche de notre avenir et je me rend compte que " tout se joue maintenant " finalement . c’est notre avenir qui est en jeu !! Notre classe sociale, notre cadre de vie" T. M. 

"J’ai redécouvert avec étonnement et satisfaction à quel point ce que nous avions construit dans nos équipes était solide et pertinent. En quatre ans, nous sommes passés de la notion de formation des équipes à celle de construction collective ce qui a nous conduit aujourd’hui à élaborer un projet interdisciplinaire (Troubadours) au sein duquel tout le monde est force de proposition. J’ai découvert qu’à plusieurs beaucoup plus de choses sont possibles." F. E.


[1François Taddéi, directeur du Centre de Recherche Interdisciplinaire est l’un des trois co-auteurs avec Catherine Becchetti-Bizot et Guillaume Houzel du Rapport Vers une Société apprenante, remis en mars 2017 à Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’éducation nationale.

[2Jacques Derrida Voyous, Paris, Galilée, 2003, p.133

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.