Accueil > Essaimer > Vers un établissement apprenant

MuE La Mutation Educative

Vers un établissement apprenant

Du buisson à la forêt

jeudi 21 septembre 2017

Comment, à partir d’une expérimentation locale, essaimer dans l’établissement et au-delà ?

Aujourd’hui donc, il nous semble important de concevoir ce type d’action dans deux directions  :

- un projet de ce type se nourrit d’un fonctionnement en réseau, en collaboration, au-delà même des moyens numériques. Le rapport Taddei met en évidence la nécessité d’un fonctionnement de l’éducation en partenariat dans une «  société apprenante  », sur un «  territoire apprenant  ». Nous avons dès le départ contribué à la plateforme mise en place en vue de la rédaction de ce rapport et la synergie qui s’est créée à ce moment nous a renforcés dans notre volonté de porter ce projet nouveau.

- partant de là, il nous a semblé important de tenter d’inscrire cette dynamique dans un «  lieu  » identifiable. Ce lieu est celui du «  territoire  »

Ce projet est soutenu activement par les acteurs qui entourent l’établissement, notre chef d’établissement, mais aussi au Rectorat, à la Région et jusqu’au CRI (Centre de recherche Interdisciplinaire - F. Taddéi).

Cette association entre «  établissement apprenant  », réseau, et «  territoire apprenant  » doit impérativement, selon nous, rencontrer la question des nouvelles pratiques pédagogiques et du numérique dès l’échelon «  local  » mais aussi se nourrir de la dynamique nouvelle rencontrée sur les territoires de proximité, quelle que soit leur échelle.
La notion de «  Territoire  » est aujourd’hui couramment employée pour désigner tous les espaces sur lesquels un nombre important d’interactions se réalisent. Elle est au cœur des idées de réseaux et de localisation.
Notre objectif est que notre travail et ses résultats autour de l’éducation à l’aide du numérique devaient sortir de l’établissement pour se rapprocher des territoires sur lesquels nous sommes.
Ces territoires sont ceux du quotidien, ce sont des territoires de proximité tels qu’ils sont définis aujourd’hui par la géographie contemporaine enseignée au lycée. Ces territoires se caractérisent par les possibilités qu’ils offrent en termes de mobilités, de services, mais aussi par le renouvellement des acteurs qui interviennent à l’intérieur.

En continuant à faire référence à cette notion de «  territoire  » il nous a paru également nécessaire de nous interroger sur la notion suivante «  territoire apprenant  ». Au-delà de la formule il y a une réalité qui est multiforme.
Le territoire apprenant est celui des schémas régionaux éducation formation, celui des réseaux éducatifs, et de tous les acteurs qui peuvent s’y trouver (accompagnants, formateurs, enseignants...). C’est cette globalité et cette ouverture qui nous ont paru primordiales dans notre questionnement.

Ainsi comment rapprocher nos compétences pédagogiques, les spécificités d’un territoire apprenant et ses besoins particuliers pour la mise en réseau d’une réflexion et de pratiques pédagogiques  ? Comment offrir un service pédagogique adapté aux territoires du 21ème siècle  ? Comment faire le lien avec la recherche éducative ?

Comment aider et accompagner la transition de l’éducation et de la formation dans la société numérique sans perdre le contact avec les apprentissages  ?  : apprendre à apprendre, apprendre tout le temps. «  Vers une société apprenante  »

Vous trouverez en complément un diaporama / PDF présentant notre démarche de la genèse à la réflexion d’aujourd’hui.
Les liens restent actifs à l’intérieur du PDF.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.